Origine des expressions françaises : « joindre les deux bouts »

Qui n’a jamais eu de difficultés à « joindre les deux bouts » ? Cette expression souvent utilisée de nos jours pour désigner un manque d’argent trouve son origine dans le XVIe siècle français. A cette époque, les nobles et les bourgeois raffolaient du tour de cou ornementé de petits plis de dentelles : la collerette (aussi appelée « fraise »). La taille de la collerette était censée refléter le rang social et la richesse de celui qui la portait, ce qui conduisait certains nobles (pas forcément les plus fortunés) à arborer de très encombrantes collerettes, notamment au cours des festins. Afin de ne pas les salir, ils les recouvraient d’une serviette de table, dont la taille n’était pas proportionnelle à celle de la collerette. C’est pourquoi, certaines personnes avaient des difficultés à joindre les deux bouts… de la serviette.

La disparition de ces cols monstrueux au XVIIe siècle modifie le sens de notre expression. Celle-ci renvoie alors à la difficulté du paysan à tenir avec sa récolte de l’année, jusqu’à la prochaine moisson.

Avec du recul, il semble plus aisé de joindre les deux bouts d’une serviette de table que de joindre les deux bouts !

1 J'aime
1769 Vues

Vous aimerez aussi

Réagissez !

Merci d'indiquer votre nom. Merci de saisir une adresse email valide. Please enter message.